De Cerbère au Pic Neulos et de la Tour Massana au Boulou. Histoire, Patrimoine monumental et Naturel. Vie quotidienne. Événements. Revues et Livres. Gastronomie et Vins de l'Albera.

mardi 10 décembre 2019

Collioure. Concert de sardanes


CONCERT de SARDANES à COLLIOURE
Armand Aloujes   
               A l’ombre des remparts et de ses templiers, le groupe folklorique de Collioure, organise le concert de sardanes annuel. Il en est coutumier. C’est un beau soir d’été, et le public devant la scène, se rassemble ; organisateurs, fanatiques et curieux. Tous les profanes, ce soir, seront tous admirateurs. Rangées des deux cotés et autour de l’estrade, des roses sang et or exhalent leur parfum, mêlant, d’un même effort, leur beauté a cette mélodie. Collioure aime bien ces fêtes catalanes. Coutumes et traditions se donnent rendez-vous ! Tous les bourgeois du coin, sont venus écouter, amenant avec eux, éventails et coussins ! 
     La Cobla installée, accorde l’instrument, et le public fervent, toujours à son écoute, attend que démarre enfin cette belle musique. Dés le signal du fifre et petit tambourin, s’échappent dans les airs, avec la tramontane, les sons harmonieux et rythmés de tous ces instruments
On voit au premier rang, connaisseurs avertis, chantent avec la cobla  la première chanson, alors que d’autres, s’enivrant de musique, se rappellent soudain les rondes endiablées et frénétiques, pour fêter dans la joie, les plaisirs  partagés.
     Le brave retraité, écoute la musique mais, hélas ! ne peut plus la danser, martelant de sa canne
Sur le sol les points qu’il faut compter, imitant ainsi la grosse contrebasse.
Sur les bancs, en retrait, tel étranger s’étonne, d’ouïr cette musique d’un autre temps. Très loin du cabaret, où leur musique à eux n’est pas des meilleurs choix.
Sous un porche, plus loin, ricanant à leur guise, les galopins gigotent au son des instruments.
Plutôt boire et fumer que de respecter folklore et coutumes !
     La cobla a gâté tout le monde en morceaux favoris. Pour finir le spectacle, avec les musiciens, on a chanté debout, les hymnes pleins d’ardeurs. Chants d’amour et de foi, comme psaumes chrétiens. Quand le gai Roussillon offre un tel jubilé, le cœur des catalans, bat dés lors la chamade ? Car cet hymne sacré, de gloire auréolé, restera délégué d’une belle ambassade.
A tots els catalans
Si  un  dia  sentiu  tocar  una  sardana
Lluny del vostre poble, no se pot més  dubtar
Que l’ho que sentiu, és l’ànima catalana
Que pregunta a us veura, cap a casa tornar !
A reveure

lundi 9 décembre 2019

Expo Les Trésors cachés d'Argelès


TRÉSORS CACHÉS D'ARGELÈS Info Mairie d'Argelès

Pour sa nouvelle exposition, la Casa de l’Albera vous propose de partir à la chasse aux trésors ! Une façon inédite et ludique de découvrir autrement le riche patrimoine et la grande, comme la petite, histoire de la ville.

Le principe de ce rendez-vous est totalement inédit puisqu’il rassemble et propose à la découverte de nombreux objets, sites et anecdotes jusque-là jamais dévoilés. Du 10 décembre au 6 juin, il faudra donc mener l’enquête au cœur de la Maison du Patrimoine pour dénicher les quelques 60 “trésors” cachés d’Argelès-sur-Mer au fond de boîtes et tiroirs.

Connaissez-vous le véritable trésor de Pujols ? Et les vestiges des lignes de défense allemande sur la plage ? Ou les secrètes pierres millénaires de la Fajouse ? Méconnus, parce que cachés ou disparus, de nombreux sites et objets témoignent pourtant encore aujourd’hui de la richesse patrimoniale, culturelle et naturelle de l’ancienne cité royale. Plus de 5 000 ans d’histoire vont se prêter de façon ludique à la découverte autour d’une mystérieuse carte du territoire spécialement créée pour l’occasion.

Pour que cette exposition ne cesse de s’enrichir, chaque Argelésien pourra apporter sa contribution en partageant objets, fac-similés, photos insolites de son histoire familiale et locale. Il sera également possible de compléter sa visite par le circuit de découverte installé dans l’enceinte des anciens remparts.
Et si vous avez le tempérament joueur, commencer à fourbir vos armes pour le prochain “Jeu d’enquête du patrimoine”, qui sera proposé au printemps par Code Evasion, professionnels de l’escape game et de l’animation culturelle. Avec cette création 100% argelésienne, vous deviendrez incollable sur la grande et la petite histoire de votre ville !

Casa de l’Albera - Place des Castellans - Tél. 04 68 81 42 74
Ouvert du mardi au vendredi (10h-12h et 14h-17h) ; le samedi matin (10h-13h).
Fermeture du 25 décembre au 2 janvier.
Entrée gratuite pour les Argelésiens
(sur présentation d’un justificatif de domicile)

vendredi 22 novembre 2019

Histoire du Roussillon


HISTOIRE DE NOTRE ROUSSILLON
Armand Aloujes.
     Je crois, qu’il est bon de se rappeler, de temps en temps, l’histoire de notre chère province « Le Roussillon ». Je m’y suis attelé, sans prétention, avec l’espoir d’en dégager quelques résumés. Mais, hélas ! Au vu de tous les événements qui se sont succédés, pendant plus de 2000 ans, il m’a été difficile de relater les faits, de façon chronologique, en s’approchant au plus prés de la réalité, car ces faits, semblent s’entrechoquer, se séparer, puis se réunir à nouveau. Un véritable dédale. Je vais donc essayer de résumer cette période de l’histoire, de notre cher pays, riche en événements, guerres, invasions, confrontations, bases de notre situation actuelle.
             Il fut un temps, au VI° siècle avant J C, le Roussillon était occupé par des tribus sédentaires ou nomades : Volques, Tectossages, Cérétans, Sordons… Ruscino en était la capitale, située entre Perpignan et Canet. La présence des Romains en Septimanie ‘(Sud de la Gaule) durera jusqu’en 476 de notre ère. Mais en 121 av J C, ils font leur apparition en Roussillon, où ils tracent une route jusque en Catalogne (Via Domitia) . Ils seront combattus et pourchassés  en 218 ap JC, par les troupes d’Hannibal, jusque dans la vallée du Po en Italie, aidées par les tribus présentes. En 406, d’autres tribus font leur apparition ; Vandales, Alamans, Quades. En 414, les Wisigoths, réfugiés en Espagne, fuient les arabes et s’installent dans la région, jusqu’en 719, date où les arabes sont chassés par les troupes de Charlemagne. Le Roussillon est reconquis par Pépin le Bref en 759 et Barcelone par Louis le Bon 801. N’étant plus nommés par l’Empereur Charlemagne, les contés s’émancipent et deviennent des royaumes. C’est la base de la nationalité Catalane. 

     Ce sera le début de 500 ans de vie  de la Catalogne. L’Aragon domine toute la région. Le frère cadet du roi d’Aragon, devient roi de Majorque et Perpignan la Capitale 1276-1349 (Prospérité en Roussillon). En 1640 ; guerre. Alliance des catalans et de la France, contre l’Espagne et l’Angleterre (Rivalités coloniales. 1642 Barcelone repris par l’Espagne et Louis XIII prend Perpignan. 1659 Le Traité des Pyrénées mettra fin à la guerre, avec la cession du Roussillon et une partie de la Cerdagne qui passeront à la France, ce qui va bouleverser encore une fois la vie des catalans. En plus de ces rivalités coloniales, toutes ces guerres étaient souvent déclenchées pour des raisons futiles, jalousies, intérêts personnels ; soif de pouvoir et les populations ont dû s’adapter constamment. Les paysans se sont habitués inconsciemment à l’événement ; On parlait toujours le catalan, les traditions étaient respectées avec les impôts en plus. L’histoire nous dit que certaines classes sociales aisées, ont profité de l’occasion pour venir s’installer en Roussillon. L’inverse s’est aussi produit, ne voulant changer de nationalité. Certains paysans et ouvriers du centre de la France, sont venus s’installer en Roussillon ! 
  Mais ! Tous ces changements, toutes ces guerres subies, tous ces déplacements de foule, ont créés un certain sentiment de solidarité, fraternité, de connivence et je dirai même d’hostilité envers certains responsables. Il ne faut pas donc s’étonner, si les habitants de ces provinces ont gravé dans leur cœur et dans leur chair, les souvenirs de cette vie éternellement perturbée. Aussi il n’est pas rare aujourd’hui de voir ces gens se lever en masse et allumer le flambeau de la liberté, afin que ne s’éteigne jamais cette flamme, symbole de fraternité du peuple catalan.. Pour les fêtes de la St Jean, la tradition veut que le feu allumé au sommet du Canigou, soit réparti dans tous les villages de Catalogne pour concrétiser les vœux des catalans. L’année 2019, a vu s’améliorer cette fête, grâce à l’initiative de l’ami Père Mateu qui a invité de nombreux catalans du sud et organisé un défilé à la lueur d’une flamme tenue à bout de bras. Fête améliorée et réussie et a illuminé cette réunion.

Moltes gràcies, Pere Mateu , i que el  Rosselló  floreixi  primavera i tardó,  com  el  Canigó per molts anys  i qu’així  sigui  sempre… !