MASSANA

ANNALS DE L'ALBERA ARGELERS DE LA MARENDA - ANNALES DE L'ALBERA ARGELES-SUR-MER

mercredi 28 mars 2007

Massana i Argelers de la Marenda

Informacions destinades als lectors de la Jonquera, amb qui, la nostra revista està agermanada.
La revista "Massana" d'Argelers (Argelès-sur-Mer), publica desde l'any 1968, revistes, llibres, sobre la vida quotidiana, la història, la cultura Catalana. La majoria dels textos són en Francès a causa que molts Catalans del Rosselló, si entenen o parlen la llengua dels avis, en contra no l'escrieun o no la lleigeixen.

Tenim en compte també que de moment al Rosselló, viu molta gent de cultura Francesa o estrangera (Europeus), i que, si volem explicar-los les nostres particularitats, som dins l'obligació de publicar en Francès amb alguns textos en Català.

Argelerencs i Jonquerencs, vivim à la mateixa zona muntanyenca de l'Albera, on hi ha una multitud de belleses interressants a descobrir: el massís en sí mateix, la flora, la fauna, els momuments religiosos o militars, els masos, les feixes, i a més per a nosaltres, intentar de presentar els veïns dels nostres pobles i com s'hi viu.

És per això que amb l'equip de la vostra revista L'Esquerda de la Bastida, publicarem de conjunt, notícies de cada dia o històries o activitats culturals que sortiran d'una banda a Massana i d'altra banda à l'Esquerda de la Bastida. Així, per a nosaltres, la Jonquera ens oferirà una imatge més correcte de la vida dels seus ciutadants i del poble mateix, que, per molts Rossellonesos és nomès un Supermercat extraordinari, un poble de gasolineres, un aparcament gegant pels camions de tot arreu, o com un passatge de carretera desde el Portús cap a Roses, Figueres etc

Anem doncs a intentar donar-vos la idea del que és el poble d'Argelers, i per aquesta primera vegada convèncer el Jonquerencs a visitar-nos.

Argelers, compendi històric

Situat al Rosselló, a la vora del Mediterrani, Argelers de la Marenda és un dels més importants balnearis del sud de França. La dolçor del seu clima i la seva situació privilegiada entre mar i muntanya atreu cada any més de 200.000 visitants. No obstant, Argelers no és pas d'aquestes ciutats sense passat ni encantament. El vell poble, on encara es perpetuen les tradicions ancestrals, i la muntanya (l'Albera), oculta tresors d'art romànic i d'arquitectura militar que recorden que Argelers és, sobretot, una vella ciutat catalana.

Els orígens del poble no es coneixen bé. Es suposa que va ésser fundat a l'Edat Mitjana, potser sota els Carolingis. De l'època feudal al segle XVII, la seva història ha estat sempre estretament lligada als esdeveniments polítics i militars que agitaren el Rosselló. En efecte, en aquella època la nostra ciutat estava situada en l'encreuament d'importants carreteres comercials que conduïen a Espanya pels ports de l'Albera. Els dirigents catalans l'han fet una plaça forta encarregada de vigilar les seves vies de comunicació.

Primerament dominada pels comtes de Rosselló, la ciutat passa sota el control dels reis d'Aragó al segle XII. Ella romandrà en la seva possessió fins al 1276. En aquesta data, Jaume I d'Aragó reparteix el seu regnat entre els seus dos fills. El gran, rep tots els territoris situats al sud dels Pirineus. El menor, obté les Illes Balears i les terres situades al nord de la muntanya (de les quals el Rosselló ). Ell esdevé així el sobirà d'un nou Estat ­ el regnat de Mallorca ­ del qual el massís de les Alberes constitueix la frontera meridional. A fí de protegir les seves terres d'eventuals atacs procedents del sud, el rei de Mallorca edifica torres sobre les crestes de la muntanya, com, per exemple, la torre de la Maçana, que domina Argelers. Endavant situada en la zona fronterera, la nostra ciutat adquereix una importància considerable. Ella s'amaga en imponents muralles (de les quals queden alguns vestigis ) i es dota d'una església fortificada, així com d'un impressionant campanar-torre que s'eleven avui encara, en el centre del poble vell.

En 1344, l'efímer regnat de Mallorca desapareix. La ciutat, així com el Rosselló, tornen a la corona d'Aragó. Malgrat tot, Argelers conserva el seu estatut particular: els sobirans confirmen els seus privilegis, i mantenen una guarnició. Fins al segle XVII, Argelers sofrirà els assalts de les tropes franceses i espanyoles, que es disputen regularment el territori que ella defensa. En 1659, amb el tractat dels Pirineus, el Rosselló és incorporat definitivament a França. En aquest cas, Argelers perd tota la seva importància estratègica, en benifici d'altres ciutats més ben col·locades. La ciutat decau poc a poc.

A principis del segle XX, Argelers no és res més que un llogaret rural com tants d'altres en la regió. En ell s'hi viu del treball de la terra, de la cria i de l'artesania.

La moda de les vacances d'estiu i l'expansió del turisme faran sortir la ciutat de l'encallament. Des de una quarantena d'anys, ella coneix un desenvolupament considerable amb, per exemple, l'engrandiment de l'aglomeració de la platja i la construcció, en 1989, de Port-Argelers.

Medalla de la ciutat

A veure i visitar

-Museu Casa de les Alberes: Artesania i tradicions catalanes. Exposició d'instruments i d'eines, tallers de la vida rural d'Argelers al segle XIX i principi del segle XX.

-N.S. dels Prats: Església parroquial i el seu Campanar-Torre ( segle XIV ). Visita guiada; informació al Museu «Casa de les Alberes».

-Castell de Tatzó d'Avall ( segles XI-XV ). Lloc a veure.

-Castell de Pujol (segles XI-XII). Lloc a veure.

-Castell de Valmy (fi del segle XIX). Parc a visitar.

- Castell d'Ultrera (ruïnes d'origen romà). Lloc a veure.

-Ermita Nostra-Senyora del Castell (segle XVII). Lloc a visitar.

-Ermita Nostra -Senyora de Vida. A visitar. Al costat, la capella Sant -Jerònim (segle X).

-Capella Sant-Llorenç del Mont (segle XII). Lloc a visitar. 700 anys de la Torre Maçana

-Capella Sant-Ferriol de la Pave (segle X ). Lloc a veure

-Torre de la Maçana (segle XIII). Lloc a visitar.

-Dòlmens (primera edat dels metalls). Lloc a veure.

El Museu-Casa de les Alberes
En primer lloc us presentem el Museu Casa de les Alberes (Museu d'Artesanat i Traditions Catalanes). A més de l'aspecte del descobriment dels oficis del villatge; tot un conjunt cultural s'hi desenvolupa. Una biblioteca consagrada a Catalunya, classes de català per a adults i infants, participació a les festes tradicionals, exposicions.
Construït al centre de la vila, prop de l'església N.S. dels Prats, a la plaça dels Castellans, batejada així en record dels antics senyors del lloc. El
Museu acull molts visitants en el transcurs de l'any. És un museu agençat amb cura i ofici, que fa exposició d'eines i de materials que són els testimonis d'un temps en què els productes del camp condicionaven la vida econòmica de la gent d'Argelers. Els alts i baixos de l'economia anaven íntimament lligats amb els de l'activitat pagesívola d'aquell temps, és a dir la fabricació de xurriaques, d'espardenyes, de taps de suro, de collars per al bestiar, d'esclops, etc. Ho recorden amb molt d'encert els dos pisos, de què consta el museu. Aquells objectes són el reflex del passat, però també la memòria d'un poble així com de la seva identitat


mardi 27 mars 2007

Capeille Suzanne - Poésie Poesia.



CONFIDENCES...



Ma muse bien aimée pourquoi m’as-tu quittée
Sans aucune raison ni le moindre regret ?
Et seule désormais, sans ta présence amie
Comme un oiseau blessé je suis anéantie

Complices ô combien, ma main cherchant ta main,
De Dame poésie nous suivions le chemin
Cueillant de-ci de-là une rime, un quatrain,
Faisant jaillir un tout de mille petits riens ;

L’enchantement, l’ivresse d’un mot ensoleillé,
Le rythme suranné d’une belle envolée,
Rêver d’instants divins où tout n’est qu’harmonie
N’est-ce pas ce qui fait le charme de la vie ?

Hélas ! rien ne va plus, les dés en sont jetés !
Reste le souvenir de mes années passées !
Peut-être qu’un beau jour renaîtra l’espérance
Et qu’un alexandrin reprendra la cadence ?

Suzanne Capeille (mars 2007, le jour de ses 95 ans!).



dimanche 25 mars 2007

Lluis Llach, idole des catalans

ENTENDRONS-NOUS ENCORE CHANTER
LLUÍS LLACH ? Andreu Capeille

Préparé depuis longtemps, le concert du « Cantautor » -1- catalan, a eu lieu à Verges, ce samedi soir 24 mars à 22h, non loin de Figueres, puisqu’il y est né. Il avait prévu depuis pas mal de semaines que sa dernière grande scène serait là et non à tout autre emplacement, fut-il prestigieux. Pour un événement ce en fut un d’extraordinaire. Il faut se rendre compte que Llach, né en 1948, chante depuis presque 40 ans, ses compositions essentiellement et parfois il emprunte des poésies à des auteurs amis. Sa silhouette débonnaire sur les scènes où sur un plateaux de télévision nous a constamment enthousiasmé.

Ici à Verges, en le voyant, sur nos épaules est tombé, pour ceux qui le connaissent de toujours, un poids extraordinaire qui nous avertissait : Vous avez pris des rides, mais vos sentiments envers moi son intacts…

Plusieurs milliers d’admirateurs étaient là, des jeunes mais aussi ceux des génération 50/60/70 ans qui connaissent presque toutes ses chansons par cœur et qui les reprenaient à tue-tête. Là lui le téméraire, le musicien, le poète, le philosophe qui risquait sa vie sous Franco, était dégagé de toute crainte. Ses parents, ses amis de toujours, ses fans, d’autres chanteurs amis et non concurrents, des musiciens, voulaient marquer cette soirée en lui faisant honneur.

Le Gouvernement catalan était là, les élus de l’opposition aussi, tous assis au milieu d’une entente peut-être parfaite au delà des rivalités politiques, pour fredonner ensemble ses airs qui ont marqué leur militantisme avant la dictature et qui les réuni enfin avec ferveur sous cette bannière catalane. Cela n'empêcha pas Llach de donner à cette occasion de petit coup de griffes aux divers gouvernements catalans qui se sont succédés au fil des ans.

Lluís Llach, regardait la foule d’un air souriant, d’un air malicieux qui le caractérise sous ses petits yeux brillants de joie et d’émotion. Il ne laissait éclater son émotion, la maîtrisant sûrement, mais en lui-même tout son corps devait exploser. Lui, comme beaucoup d’autres n’as pas besoin de drapeau sang et or pour affirmer sa catalanité, les barres de couleur sont gravées sur son cœur comme des stigmates ineffaçables. Sa voix, posée, chaleureuse, empreinte de douceur et d’émoi, était la même comme celle de ses débuts !

Quel bonheur de l’écouter, lui au piano, son accompagnatrice de toujours, Laura, au violoncelle qu’elle interprète avec virtuosité et son saxophoniste merveilleux faisant parfois pleurer l’instrument, donnaient la chair de poule et tiraient des larmes discrètes aux spectateurs. Il n’a jamais été aussi bon ! Est-ce le fait que ses influences musicales soient toutes Méditerranéennes ? La musique grecque dans " Viatge a Itaca ", la musique catalane grecque et arabe dans " Un pont de mar blava " qui chante la fraternité du bassin méditerranéen, des deux côtés des rivages d’orient et d’occident. Un autre répertoire plus violent a été celui des luttes pour la liberté d’expression en période de dictature, qui marque là son univers protestataire. Son concert dura près de trois heures ; les meilleurs morceaux choisis, et ce fut certainement difficile de le faire, donnèrent le frisson à tous, jusqu’à se dernière composition "Verges 2007" dédiée a sa ville natale pour clôturer cette fin de spectacle. Mini retraite ? nous espérons tous qu’il composera encore d’agréables mélodies, ce sera sûrement vital pour lui !

Pour remercier le public, il descendit du podium, prenant un immense bonheur à se mêler à la foule d’amis, les embrasser, les saluer, comme s’il voulait pour eux comme pour lui-même, rendre ces instants inoubliables.

Afin de lui rendre hommage la foule dans un chœur improvisé lui offrit à son tour une chansons symbolique de ses luttes passées : l’Estaca…

Un indescriptible grand moment de télévision sur la chaîne catalane de TVCI 3

« Tous les fondateurs de Massana, Bernard Rieu, Jean Louis Loreto, André Bassou, votre serviteur, se sont souvenus d’avoir vu leur idole interpréter les airs de ses débuts, une première fois à Banyuls-sur-Mer salle Novelty, et quelques temps plus tard, sur la place de la République d’Argelès où aidés par le Foment de la Sardana ils organisèrent une soirée devant juste quelques initiés. C’était le 21 juillet 1969, nous avions 20/30 ans ! »

Que de chemin parcouru depuis ! Si, et je dit bien si, si Lluís Llach avait chanté en une autre langue, par exemple le castillan, nul doute qu’il eut connu une carrière extraordinaire. Mais sa foi de la catalogne et son amour pour elle, sa sensibilité sa générosité on fait qu’il a tenu à garder cette langue musicale, très imagée, d’un vocabulaire étendu, qui se prête à n’importe qu’elle interprétation d’émotions, exacerbées dans toutes ses mélodies!

On ne peut que désirer pour nous, gens de cette terre, la Catalogne, affirmer comme Llach : Penso que tindré sort, si puc tancar els meus ulls aquí…
1 – Cantautor : Auteur compositeur de musique.

Quelques disques anciens des années 1970, comportant des chansons qui marquent encore les
esprits de beaucoup de ses fans; voici quelques titres de ces disques 45 tours:


Cal que neixin flors a cada instant - A cara o creu. Damunt d'una terra - Nit de sommi - El Bandoler - La Meva terra - Se'n va content - Cop de destral - Canço sense fi - Per un tros del teu cos - L'Estaca.
On doit compter sur une très nombreuse discographie de 45 et 33 tours.

Les CD aussi sont toujours très recherchés. Tout comme une vidéo enregistrée il y a quelques années à Lille, lors d'un concert, dirigé par le chef d'orquestre Casadessus d'origine catalane. Ce concert était un véritable chef-d'oeuvre, tous les amateurs doivent s'en souvenir.

lundi 19 mars 2007

Des Images de l'Albera

Photos de l'Albera. Andreu Capeille. Fotos de l'Albera.
1/2 - Mas Christine Argelès. Mas Cristina Argelers , Vers la Massane - Cap a la Maçana.
3/4 -
Des chevaux dans les prairies endirection de La Vall - Cavalls en direccio de Lavall.
5/6 - Le massif de l'Albera du Boulou vers Argelès - L'Albera del Volo fins Argelers.
7/8 -
Des vignes autour du Fort Saint-Elme - Vinyes a l'entorn de la fortalesa Sant Elme.
9/10 -
Les vaches de la race Massana,
Michel Capeille - Les vaques de la Massana.
10/11 - L'Albera d'Argelès face à la mer,
Michel Capeille - L'Albera de cara al mar.








































































dimanche 18 mars 2007

Nos auteurs Bernard Rieu. Pirene Nostrum

Bernard Rieu, qui êtes-vous?

Notre ami et membre fondateur de la revue Massana, Bernard Rieu, vient de publier un très bel ouvrage intitulé « Pirene Nostrum » aux éditions Triangle Postals, aidé en cela par Jordi Puig pour tout ce qui concerne les éléments photographiques. Cette étude à été commandée, à l’occasion de la candidature transfrontalière du Rivage méditerranéen des Pyrénées pour son inscription sur la liste du patrimoine mondial auprès de l’UNESCO, par Jordi Cabezas, maire de La Jonquera et président du Consell comarcal de l’Alt Empordà.

Bien sur, les deux versants de l’Albera sont concernés dans un territoire limité par Empúries, Argelès, Céret, et Sant Llorenç de la Muga. Nos deux auteurs sont très impliqués par cette réalisation, du fait que Jordi Puig est de l’Empordà et Bernard Rieu d’Argelès-sur-Mer.

Notre auteur est en plus journaliste à « l’Indépendant » depuis 1973, il connaît parfaitement ce pays qui l’a vu naître et dont il maîtrise la langue : le catalan. De plus, il possède un diplôme de Lettres et de Linguistique, passionné d’histoire, chercheur infatigable du passé dans le massif de l’Albère et, avec Massana, dès le début des années 1960, restaurateur de la Chapelle Sant Llorenç del Mont au dessus d’ Argelès. A ce sujet, il publia en 1991 dans Massana n°52 (ancienne formule), une étude bilingue intitulée : Saint-Laurent du Mont, un alleu bénédictin sur le territoire d' Argelès - Sant Llorenç del Munt, un alou benedicti en el terme d'Argelers.

Ses articles dans notre revue sont nombreux, le plus important de tous est l’histoire de A à Z de la
« Torre Perabona » : la Tour Massana, figure emblématique d’Argelès.

mercredi 14 mars 2007

Alexandre Coll - Argelésien itinérant!


PORTRAIT
UN ARGELÉSIEN ITINERANT ! (1) A. Capeille
Alexandre Coll, cet homme très sympathique, attachant, souriant, est quand même assez mystérieux. Il est réservé sur tout ce qui concerne sa vie familiale ou amicale qu’il veut garder pour lui. « C’est privé dit-il » d’un air malicieux, et c’est son droit le plus absolu. Toujours est-il qu’il m’a révélé être né en Cerdagne à La Tour de Carol en 1919, pour venir s’installer avec ses parents à Argelès en 1926. Là, il connut beaucoup de copains et de copines qui le reconnaîtront certainement. Ses instituteurs s’appelaient : MM. Bouquet, Carrère, Combes. Tous bien connus des Argelésiens.

L’école qui n’était pas mixte, est de nos jours la Mairie d’Argelès-sur-Mer.

En 1936, nouveau déménagement de la famille vers Perpignan. Après le concours d’entrée à la Poste, il devient, comme beaucoup de jeunes roussillonnais, fonctionnaire dans la capitale. Quelques années plus tard en juin 1942 à l’époque de l’occupation il revient à Argelès pour passer son congé, et c’est là qu’il va avoir une petite aventure exceptionnelle.

Un P.V., sur le Pont du Diable à Ceret.

Un de ses amis vivant tout comme lui à Paris, lui demande d’aller voir, pendant son congé, sa mère Mme Molins, épicière à Arles-sur-Tech, afin de lui donner des nouvelles fraîches. Et le voilà sur son vélo, longeant pendant un petit moment la rivière le Tech. Déjà il se rend compte que les inondations du 17 octobre 1940 avaient laissé des traces épouvantables dans le paysage, mais cette époque de la guerre ne convenait pas à une remise au normes du cours d’eau. La route lui donne l’occasion de franchir le pont du Diable de la sous-préfecture de Ceret. Mal lui en prit : Deux gendarmes sont là qui surveillent les allées et venues des personnes d’un air soupçonneux ! Pourquoi ? Il était connu de tous que pas mal de gens fuyaient la France de Vichy pour s’exiler en Espagne et que beaucoup prenaient cette route qui mène vers Prats-de-Molló et le col d’Ares et descend ensuite sur Molló et Campredon.

Stop ! lui intimèrent nos deux militaires. Après avoir contrôlé ses papiers, demandé à voir sa feuille de congé postal - qu’il n’avait pas, car la poste n’en délivrait aucun pour l’occasion - ils examinèrent sa bicyclette en tournant autour d’un œil circonspect. Enfin le détail qu’ils ne voient pas et qui fait la différence: la plaque. Normalement cette plaque, qui était une taxe donnant droit de circuler à vélo et que l’on se procurait dans les débits de tabacs, devait se trouver sur le guidon, lui, peut-être, dans un soucis de coquetterie, l’avait placée autour du tube qui soutient la selle. Grave erreur, ce qui lui valut d’être verbalisé avec recouvrement immédiat. Aventure peu commune, non ?

(1)- Itinérant dans la fréquentation exclusive des « AZUREVA » (ex vacances - PTT) durant quelques années.
Photo A. Capeille: Alexandre Coll au centre Azureva d’Argelès – Été 2006 –

A Propos de Ludovic Surjus d'Argelès

A PROPOS DE LUDOVIC SURJUS. Robert Vinas.

A la réception du numéro 15 de Massana, dans lequel votre rédacteur de La Perabona, présentait notre livre sur La Conquête de Majorque, une énorme surprise m’attendait sur la première de couverture : c’était le titre

« Argelésiens dans le monde, Ludovic Surjus (1897-198..) »

Et tout d’un coup, avec beaucoup d’émotion, je me suis trouvé reporté à l’année 1968. Je viens à peine d’être nommé Directeur des cours de l’Alliance Française de Curitiba, dans l’état du Parana, au Brésil. Quelques mois après mon arrivée, la présidente de notre comité, Madame Garfunkel, me demande d’aller faire une tournée de conférences pédagogiques dans le nord de l’état et, à l’occasion, de nouer des relations avec les francophones et les francophiles que j’y rencontrerai. A propos de Londrina, elle me signale la présence d’un vieux français établi là-bas, sans me donner son nom, et me demande de le retrouver…

C’est ainsi qu’au cours d’une réunion organisée par les professeurs de français, je me trouve en présence d’un monsieur d’un certain âge (il avait alors 71 ans), assez grand, cheveux blancs, très distingué. Mes collègues professeurs me le présentent comme « le » Français de Londrina. La conversation s’engage, je repère aussitôt son accent, il roule les r, et note qu’il s’exprime en utilisant le passé simple. Intrigué, je lui demande de quelle région de France il est originaire. Il me répond : « Oh, vous ne connaissez pas, je suis d’un village du midi, non loin de l’Espagne. »

« Mais comment vous appelez-vous, monsieur ? »
« Je m’appelle Surjus »
« Doncs seu català » lui dis-je.
Il me regarde, ébahi, et me répond : « Sí, d’Argelers. »
« I jo de Pollestres », li dic.

A partir de là, la conversation prend un autre tour. Nous recherchons, en vain d’ailleurs, des connaissances communes. Il m’interroge sur le pays, où il n’est pas revenu depuis longtemps, et nous continuons ainsi, en français et en catalan, pendant plus de deux heures.

C’était le début d’une relation amicale et confiante qui devait durer les quatre années de ma mission au Parana. Je passais par Londrina une ou deux fois par an et je ne manquais jamais d’aller rendre visite à Ludovic Surjus. C’est ainsi que, peu à peu, il me raconta l’histoire de sa vie, telle que Raimunda de Brito Batista l’a écrite dans votre dernier numéro ; les villes nouvelles qu’il dessinait, tous les 20 miles anglais, dans cette zone vierge qui allait devenir la plus riche région caféière du Brésil, son installation à Londrina avec sa famille, dans un pays qui était devenu le sien…
Il n’avait pourtant rien oublié du Roussillon et de la France, du catalan et du français. Il lisait beaucoup et je crois que cette habitude d’utiliser dans la conversation le passé simple lui venait du fait qu’il n’avait de contact avec la langue française qu’à travers l’écrit.
J’ai quitté le Brésil en décembre 1971 et n’ai plus jamais eu de ses nouvelles.
Perpignan, le 15 février 2005

Ludovic Surjus. Argelésien dans le Monde

BIOGRAPHIE : ARGELÉSIENS DANS LE MONDE :

Ludovic Surjus (a) (1897 – années 1980… ?)
Géomètre Français dans le Parana au Brésil

Raimunda de Brito Batista : Professeur à l’Université de Londrina (Paraná) « Toute histoire est un récit possible des lois du récit, donc des lois de l’imaginaire »1.
C’est à l’âge de quatorze ans que Ludovic Surjus, géomètre de la Compagnie des Terres Nord du Paraná, émigra au Brésil. La Compagnie des Terres Nord du Paraná, créée avec des capitaux anglais de la Sudan Plantations, en accord avec le gouvernement brésilien, déposa ses statuts le 29 septembre 1925. Les investisseurs anglais étaient entre autres, Lord Lovat (Simon Fraser), Sir Frederick Eckstein, le général Arthur Asquith, Sir Alexander Mac Intyre. La direction brésilienne se composait de João Sampaio, Antonio Moraes Barros, premier président de la Compagnie et Arthur Thomas qui étaient aussi conseillers juridiques.

Les premiers investissements de la Compagnie concernaient le coton. Cependant, la reconnaissance des terres de la région faite par Antonio Moraes Barros, demandée par les Anglais détourna l’objectif initial, d’où la décision d’augmenter les investissements pour le défrichement et la colonisation des terres, suivant un axe nord-sud, en fonction de la confluence des fleuves Tibagi et Paranapanema. En 1928, la Compagnie abandonna ses activités cotonnières pour se consacrer entièrement à la colonisation et à l’expansion des terres à partir de la législation des titres de propriété des terres, mises en vente et acquises par la Compagnie 2.

Toute sa vie, tant dans l’intérieur de l’Etat de São Paulo que dans la région nord du Paraná, Ludovic Surjus garda des contacts étroits avec la culture française, par des abonnements à des journaux, à des revues et par l’acquisition d’œuvres littéraires françaises. Tout ce matériel a été offert au Musée historique de Londrina. Bien avant d’entrer à la Compagnie des Terres, il avait déjà l’habitude de consigner dans son journal les événements de sa vie de défricheur-pionnier. (Lorsque nous parlons de « pionniers », il s’agit des premiers défricheurs de la région Nord Paraná, engagés par la Compagnie des Terres. Ce sont les premiers à avoir ouvert des routes, exploré la région et fixé les limites des terres appartenant à la Compagnie, selon l’accord passé entre les gouvernements brésilien et britannique). Ce journal, que j’ai organisé en 1988, lorsque je rassemblais le matériel nécessaire pour ma thèse de doctorat, est écrit en partie en portugais, en partie en français. Je ne peux affirmer que ce journal soit entièrement bilingue étant donné que la première organisation a été effectuée de façon rapide et sommaire. En tout cas, L. Surjus a écrit pratiquement jusqu’à sa mort survenue au début des années 80.

Ludovic Surjus est né en 1897 dans les Pyrénées Orientales, province du Roussillon, dans la petite ville fortifiée d’Argelès-sur-Mer, à deux kilomètres de la mer, près de la frontière espagnole. On sent dans son discours les marques personnelles de son récit, ses souvenirs, son imaginaire. Les informations concernant sa région de naissance sont précises et furent complétées tout au long de sa vie par une de ses cousines, correspondante constante et fidèle, restée en France. Sa famille se composait de cinq frères, du père, commissaire de police et de la mère qui s’occupait du magasin familial.

C’est au domicile de Ludovic Surjus, que Zuleika Scalassara, conservatrice du Musée Padre Carlos Weiss, recueillit son témoignage le 4 novembre 1977, en présence de sa femme et du seul pionnier anglais résidant à Londrina, M. Georges Smith. M. Georges Craig Smith, ancien fonctionnaire de la Compagnie des Terres, était d’origine anglaise et vivait à São Paulo avec sa famille. Il participa au premier voyage dans les terres appartenant à la Compagnie des Terres Nord du Paraná, en août 1929, jusqu’à la région où se trouve aujourd’hui la ville de Londrina. Au sein de la Compagnie, il était chef de bureau et responsable des négociateurs. I1 habite actuellement à Londrina.

Lors d’une réunion avec les pionniers de la région nord du Paraná, résidant à Londrina ou dans les villes environnantes, le 11 février 1977, il avait été décidé d’enregistrer les témoignages de toutes ces personnes afin de reconstituer l’histoire de Londrina pour récupérer certains maillons qui semblaient à jamais disparus.. « Récit de vie d’un géomètre français dans le Paraná »
Les histoires de vie, les témoignages, la mémoire, les récits sont pour le chercheur une source de travailconstamment renouvelée. En effet, à partir des récits personnels, il devient possible d’établir les trajectoires parcourues en quête dereconstitution historique. Il est pourtant évident que cette reconstitution peut connaître des moments difficiles vu qu’une histoire de vie suppose des ambiguïtés au niveau des opinions, du choix d’épisodes les plus significatifs, de l’invention permanente et fréquente des souvenirs. La mémoire suit son libre cours, le récit s’appuie sur des images, des symboles, des mythes : le conteur d’histoires et son discours s’inscrivent dans l’histoire des mentalités.
Dans une histoire de vie, on court le risque d’écouter des banalités sur la vie d’hier et d’aujourd’hui, les idées prennent des chemins inespérés et n’imposent de limites ni à la fantaisie ni à l’imagination
3. C’est ainsi que les récits de vie trouvent leur place dans le vaste champ de la littérature orale et de la linguistique en plus de l’histoire évidemment. La notion de passé est revécue de façon mythique allant même jusqu’à la revalorisation des valeurs sacralisées, sans doute proche du passé fabuleux du conte — «il était une fois... dans ce temps-là».

L’histoire de vie ne signifie pas nécessairement une exploration de la mémoire : il s’agit d’une improvisation rapide, sans direction stricte. La personne qui parle a devant-elle un auditeur inconnu, donc elle n’ira pas rechercher au fond de sa mémoire mais choisira les épisodes selon elle les plus significatifs, afin de donner une bonne image d’elle-même. Le choix des faits est libre et les informations que chacun donne de son passé sont illimitées. C’est une méthode qui se présente comme histoire de vie et en même temps histoire sociale, s’occupant des faits vérifiables auprès des personnes et dans leur entourage. Ainsi, dans les récits de vie, la représentation du réel, la verbalisation des images, la multiplicité des descriptions s’entrecroisent dans le champ psychosocial du narrateur 4. Il n’y a pas de contrôle de la vérité mais des stratégies non formulées qui apportent cohérence et logique aux événements.

L’objectif de ce travail est donc de chercher une mémoire culturelle dans la région nord du Paraná à partir du seul émigrant français qui soit arrivé dans la région comme pionnier et d’établir les événements d’une époque déterminée à travers les récits fournis par l’un des défricheurs de la région.

Tous les récits de cet article sont enregistrés sur deux cassettes aimablement prêtées par la direction du Musée historique Padre Carlos Weiss, de l’université d’Etat de Londrina. Ce qui a permis à l’interviewé de choisir les épisodes les plus significatifs : il s’agissait de présenter une image spontanée du pionnier français qu’il soit facile d’illustrer par des faits déjà connus.

Le témoignage de L. Surjus, structuré à partir de souvenirs d’enfance, d’éléments auto-biographiques et de l’apologie du pionnier-colonisateur a été enregistré en parfait accord avec la technique utilisée (enregistrement d’entrevue) qui garantit la valeur du travail. Le témoignage comporte cependant quelques limitations dues au caractère partiel du récit : point de vue et parti pris.

Les souvenirs se mêlent à l’histoire française, par exemple, lorsqu’il raconte la traversée de sa région natale par Hannibal et Jules César, l’importance de la principauté d’Andorre, les péripéties de Charlemagne lorsqu’il expulsait les Arabes et fondait Barcelone, la séparation de l’église et de l’Etat en France, entre autres. Son témoignage, source inestimable, renvoie à sa vie scolaire, commencée à l’âge de deux ans L’étude du français était obligatoire mais il parlait catalan avec ses camarades. Dès l’âge de six ans, il passait six heures par jour à l’école primaire. Dès la seconde année, il connaissait la géographie universelle et il avait dû apprendre par cœur les quatre-vingt-neuf départements français, les préfectures et sous-préfectures.

C’est à cette époque qu’il eut ses premières informations sur le Brésil, sur la capitale de l’époque et sur quelques sources de production. L’information contenue dans le document présente plusieurs niveaux : l’information pure et simple, la source historique et le système de représentation d’une société. Il ne s’agit pas seulement d’une copie du réel : elle possède une forme qui tend à refléter la société qui constitue la représentation. Les règles politiques, philosophiques et religieuses, les valeurs fournies par le social sont intériorisées par les hommes et leur donnent une lecture particulière du réel, qui fonctionne comme un système de représentations.

Pour que les histoires de vie fonctionnent de façon efficace, il est important de considérer le problème de la mémoire. D’après Le Goff 5, la mémoire est la faculté de conserver certaines informations psychiques qui permettent d’actualiser les impressions, les informations. La mémoire est liée à l’auto-organisation et oriente le récit à mesure que l’information passée se substitue à l’événement, qui motive le récit. La mémoire individuelle est contrôlée par certains mécanismes, conscients ou non, qui fonctionnent comme éléments de censure, d’où la distinction entre mémoire et réminiscence. La réminiscence, souvent fragmentaire, permet le libre cours de l’imaginaire et de la fantaisie. Pourtant la mémoire tend à se préserver quand elle fait apparaître des moments historiques importants, surtout lorsqu’ils sont liés aux symboles du passé, ce qui n’empêche pas qu’il soit donné libre cours à la fantaisie, à l’imaginaire. Un bon exemple de préservation de la mémoire nous est donné par la création de musées et de monuments surtout en Europe.

Florès 6 considère que « la mémoire concerne des relations fonctionnelles entre deux groupes de “conduites observables” séparées par un intervalle temporel de durée variable ». Le fonctionnement de la mémoire s’organise en trois temps essentiels: l’enregistrement, la rétention (mémorisation), le souvenir. Partant de ces trois moments, nous pouvons considérer le témoignage comme enregistrement de situations vécues dans un passé plus ou moins lointain, rétention (mémorisation) liée à la mémoire qui peut suivre des chemins variés et souvenir, qui au travers du récit suit la voie de l’exemple, de l’apologie, des symboles, insistant et renforçant tout ce qui a été vécu maintenant au niveau du présent.

Ces considérations théoriques, indispensables pour situer plus concrètement les témoignages de vie, objet de cet article, s’inscrivent dans une perspective plus large de travail, en ce qui concerne l’histoire orale qui introduit un nouvel objet dans les recherches historico-littéraires : l’individu. Les récits de vie peuvent rendre plus compréhensibles les événements culturels et historiques.

En 1905, la famille Surjus s’installa à Toulon pendant un an après quoi elle partit à Marseille où L. Surjus poursuivit ses études de nuit pendant encore quatre ans ; de jour, il travaillait avec ses frères. Son goût pour la lecture lui vient de cette époque-là: son père collectionna pendant vingt ans le Journal des Voyages, édité par la Société géographique de Paris. Il lit la collection complète, ce qui lui permit de connaître toutes les explorations françaises au Brésil (jusqu’en 1902). Il était donc au courant des expéditions françaises aux frais du gouvernement du Pará, les explorations réalisées sur le fleuve Araguaia etc. A la date de l’entrevue, il possédait encore toute la collection.

Quand sa famille décida d’émigrer, l’histoire du Brésil lui était déjà plus ou moins familière et il raconte même un fait qui à son avis était peu connu des Brésiliens : au nord de l’Amazonie, à la frontière avec le Venezuela, on élevait du bétail.

C’est la décadence financière de la famille, déjà à Toulon, qui provoqua la décision d’émigrer. Au départ, ils avaient pensé aller au Canada où on leur offrait trois fois plus de terres qu’au Brésil, en plus du prix du voyage pour toute la famille. Mais les conditions climatiques les effrayèrent et ils décidèrent d’opter pour le Brésil. Ils y arrivèrent le 15 novembre 1911. La première impression des Brésiliens qu’eurent les familles françaises est celle qui hanta pendant longtemps l’imagination des étrangers: un peuple extrêmement gentil et cordial. A cela s’ajoute le fait qu’ils furent accueillis par une grande fête dans le port de Santos - ils ne savaient pas que les festivités étaient dues à la Proclamation de la République.

A cette époque, le Maréchal Hermes da Fonseca était président de la République et Rodolfo Miranda, ministre de l’agriculture. Ce dernier grand connaisseur et admirateur de la langue et des manifestations culturelles françaises, participa largement à l’immigration française au Brésil. L. Surjus raconte l’anecdote suivante: à cette époque il était assez courant d’utiliser la langue française entre personnes d’un niveau culturel plus élevé et le ministre lui-même parlait couramment le français, ayant vécu plusieurs années à Paris et étudié à la Sorbonne. Ses ennemis politiques disaient que c’était vrai, mais que c’était autour de la Sorbonne.

L. Surjus estime que la première vague d’immigration française, dans la région d’Itatiaia remonte à 1908, et, à l’époque où eux-mêmes arrivèrent, ils virent des centaines d’immigrants français. Tous les immigrants recevaient un lot de 10 alquières (boisseaux) et une maison de trois ou quatre pièces. Les lots étaient vendus à 3 millions de reis, payables en dix ans. De Santos, ils partirent à Cerqueira César et de là en charrette jusqu’à Santa Barbara de Rio Pardo où ils s’installèrent. Toutes les familles françaises arrivées à cette époque furent installées dans cette région et commencèrent une nouvelle vie.

Au début de la Première Guerre mondiale, le père de L. Surjus fut appelé à Santos, puis renvoyé chez lui, étant père de cinq enfants. En février 1916, L. Surjus fut convoqué avec son frère aîné et envoyé à Bordeaux. De là on les expédia à Perpignan puis à Die, dans la Drôme. A Die, à la suite d’une bronchite, il passa deux jours dans le palais de l’Evêque, transformé en hôpital. (Ici, L. Surjus laisse filer sa mémoire et raconte l’épisode des « Récit de vie d’un géomètre français dans le Paraná Misérables » où Jean Valjean vole des objets en argent au palais de l’Evêque— le palais-hôpital où il reçut les premiers soins était le même que celui du roman de Victor Hugo).

De Die, il fut envoyé à Brignoles et au bout de quelques mois, guéri de la bronchite, il rejoignit le 3ème bataillon d’Infanterie de Nîmes. Son témoignage est constellé d’observations sur les régions qu’il (re)connut à 18 ans à son retour en France. A propos de Nîmes, il parle de la grande quantité de ruines romaines (« c’est là qu’il y a le plus de ruines romaines après Rome »), de la Maison Carrée, temple construit par les Romains et conservé intact « jusqu’à aujourd’hui ». De Nîmes, ils furent envoyés à 35 kilomètres au nord-est de Paris où ils subirent un entraînement intensif. En 1917, un an après son arrivée, il fut envoyé en première ligne, à Commercy, où se trouvaient les tranchées allemandes. Tous ces souvenirs ont été inscrits dans son « carnet de notes », il fait également référence à son journal déposé au musée de Londrina.

Le jour même de son arrivée à Commercy, il tua accidentellement un Allemand, ce qui lui valut la croix de guerre. En 1918 quand les Allemands essayèrent de prendre Paris, son bataillon réussit à traverser les lignes au Chemin des Dames. Dans cette bataille, approximativement 140000 Français trouvèrent la mort. L. Surjus fut capturé par les Allemands et, selon ses propres mots, très bien traité. Le 11 novembre 1918 fut signée 1’Armistice, mais lui ne fut libéré qu’en janvier 1919. Son frère aîné trouva la mort quinze jours avant la signature de l’Armistice. A un certain moment, le témoignage de L. Surjus montre une tendance rétrospective, de petits récits de vie, avec des marques personnelles assez significatives qui donnent aux événements un certain relief : D’où notre insistance sur l’importance de l’utilisation des sources orales surtout lorsqu’on observe les alternatives possibles entre histoire individuelle et histoire collective 7. A partir du moment où le texte oral passe à l’écrit, il fonctionne comme « matériel d’intertextualité » 8.

A la recherche de sa mémoire dans son pays d’origine le narrateur s’appesantit sur les détails, plus particulièrement sur ses premiers souvenirs, qui, souffrant d’une certaine précarité due à divers facteurs, dénoncent la fragilité du témoignage et s’inscrivent dans l’histoire des idées et de l’imaginaire, emplis de mythes. C’est ce qui explique la séparation nette du témoignage en deux parties distinctes: 1/ souvenirs d’enfance, immigration, guerre ; 2/ vie et situation professionnelle dans la région nord du Paraná.

Cette seconde partie est racontée avec force détails et la mémoire souffre de lapsus plus fréquents. Le 12 août 1927, L. Surjus part à Sertanopolis (Paraná) et s’installe chez son beau-frère où il effectue toutes sortes de travaux, de laboureur à aide charpentier, étant donné qu’il n’y avait pas encore de travail de géomètre dans la région. Après trois ou quatre mois à Sertanopolis, il part dans l’intérieur de São Paulo chercher la famille.

C’est en 1928 qu’il ira pour la première fois à Londrina selon le même parcours que les pionniers de la région, sur les traces des Indiens dans la région du Rio dos Peixes. Quant à l’existence des Indiens, il n’y fera référence que deux fois cette fois-là et lorsque l’on donnera des noms indigènes aux fleuves, rivières, et picadas qu’il ouvrait, il n’y a aucune référence concernant la tribu, le lieu d’habitation, le nombre, etc.

En traversant le « Rio dos Peixes », ils arrivèrent chez un personnage pittoresque, figure patriarcale et presque mythique, le vieux Biba, qui avait eu un très grand nombre d’enfants un peu partout et qui avait pris possession d’une région d’où il voyait tout le nord du Paraná, pratiquement inhabité. La traversée, jusqu’à Londrina, fut très dure : des rivières, des broussailles, picadas ouvertes à coup de machette avec ses camarades et les porteurs.

Finalement ils arrivèrent à Londrina et campèrent dans la région correspondant aujourd’hui à Estação de águas. Ici la mémoire de L. Surjus souffre de quelques défaillances et il passe directement à 1930 quand Mr Smith vint lui rendre visite pour la première fois (fait dont ce dernier ne se souvient absolument pas) ; il parle de son travail à la Compagnie des Terres Nord du Paraná, de l’origine allemande de son beau père, Martinho Menck, et de sa vocation de laboureur avant de devenir géomètre. A cet instant il est interrompu par sa femme qui précise qu’il pratiquait un genre de travail plus « intellectuel ».

En 1935, L. Surjus part définitivement à Londrina, c’est le seul endroit où l’on recherchait un géomètre. Avant il avait travaillé pour le gouvernement de l’Etat du Paraná, près de Londrina. Il avait été invité à travailler à la Compagnie des Terres par Mr Thomas, un des chefs de la Compagnie, mais n’y resta pas longtemps « à cause de certains Russes du bureau » (il ne donne pas d’explication). Récit de vie d’un géomètre français dans le Paraná

Grand connaisseur des régions proches de Londrina, il coupera (débroussaillera) 1 400 alquières de terres pour la Compagnie anglaise et sera payé en parcelles de terre. Les premières grandes « ouvertures », coupures qu’il fera à Londrina sont l’avenue Rio Branco et la rue Winston Churchill.

En 1942, sous les ordres de Mr Thomas, il alla « ouvrir des chemins » dans la région d’Igapó (actuellement Lac Igapó, totalement urbanisé). A ce moment-là, les routes étaient déjà praticables et il y avait même un certain trafic. Il « ouvrit » encore la route des Anglais qui commençait au Rio Paranapanema jusqu’à Presidente Prudente, São Paulo. L. Surjus raconte encore qu’avant d’acheter les terres et de recevoir les concessions au nord du Paraná, les Anglais possédaient déjà plusieurs fermes dans la région, ce qu’a confirmé M. Smith. A partir de là L Surjus continue son récit en « code restreint et fracturé » selon le concept utilisé par Ecléa Bosi 9, c’est un code imprécis où s’entremêlent lapsus de mémoire et précarité des informations, peut-être liés aux vicissitudes de l’époque et à la dureté de son travail.

En cette fin de témoignage, nous pouvons parfaitement utiliser l’une des questions de Mannoni 10 : « Pour savoir ce qui constitue un texte (...) dans une situation de ce genre, de la manière dont s’y pose l’interrogation: qu’est-ce que ça veut dire ? (...) la réponse ‘ça veut dire ce que ça veut dire’ ne serait pas un mauvais point de départ ». Les témoins de faits historiques et de moments vécus peuvent être classés selon deux types: le grand témoin qui fait partie de l’histoire et en a pleinement conscience, le petit témoin qui est un simple spectateur de l’histoire mais qui, lorsqu’il raconte ce qu’il a vu et vécu, se transforme en sujet de l’histoire.

Le témoignage de Ludovic Surjus présente un grand intérêt à partir du moment où il plonge dans le fond de sa mémoire et en retire des moments marquants. Cependant, cet intérêt se trouve relativisé dans la mesure où les informations que contient son journal personnel constituent en elles-mêmes une source historique d’une plus grande importance encore.

(a) - Extrait du registre des naissances d’Argelès du 8 février 1897 : Ceret, département des Pyrénées-Orientales, à comparu à la mairie d’Argelès le sieur Surjus Jean, Côme Séverin, appariteur, âgé de trente ans, domicilié dans la présente commune, lequel nous a déclaré que le jourd’hier du courant mois de février à huit heures du matin, la dame Bernard Gimer, Marthe Rose, Joséphine, son épouse, âgée de vingt neuf ans, ménagère, avec lui domiciliée, est accouché dans sa maison d’habitation, sise au dit lieu, d’un enfant de sexe masculin qu’il nous a présenté et auquel il lui a donné les prénoms de Ludovic, Landri, Jean.. Ces déclaration et présentation ont été faites en présence des sieurs Maille Joseph, âgé de cinquante huit ans limonadier et Sabria Jean, âgé de quarante deux ans, épicier domiciliés au dit Argelès. De tout quoi nous avons dressé le présent acte de naissance que nous avons signé après lecture faite avec le père de l’enfant et les deux témoins.

Signé : Surjus, Maille, Sabria et Moreto.

1 - Nora Pierre et Alii, Histoire et imaginaire, Paris, Poésis, 1986.
2 -
Colonização e desenvolvimento do Norte do Paraná, publication commémorative du cinquantenaire de la Compagnie Melhoramentos Norte do Paraná, São Paulo, septembre 1975, p. 54..Raimunda de BRITO BATISTA
3 -
Peneff Jean. La méthode biographique, Paris, Armand Colin, 1990, p. 98.
4 -
Bedarida (Org.), IV e colloque international d’Histoire Orale, p. 135. Raimunda de BRITO BATISTA
5 -
Le Goff Jacques, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, 1988, p. 130. Récit de vie d’un géomètre français dans le Paraná
6 -
Florès César, La mémoire, PUF, 1974, p. 7. Raimunda de BRITO BATISTA
7 -
Bedarida (org.), IVe colloque international d’Histoire Orale, 1982, p. 74.
8 -
Lejeune Philippe, Je est un autre, Paris, Seuil, 1990, p. 145. Raimunda de BRITO BATISTA
9 -
Bosi Ecléa, Cultura de massa e cultura popular: leituras de operárias, Petropólis, Vozes, 1986,p. 15.
10 -
Mannoni Octave, Clefs pour l’imaginaire ou l’autre scène, Paris, Seuil, 1969, p. 202.

mardi 13 mars 2007

La Presse Locale - 2007 -

-2007-

MASSANA LE N°21
DANS LES KIOSQUES.
Nul doute que 2007 sera un bon cru pour la revue Massana qui va publier trois numéros l’an au lieu de deux. La dernière livraison est tout à fait remarquable grâce à l’étude réalisée par le professeur Jacques Saquer sur les péripéties des habitants de Banyuls de la Marenda dans leur vie du quotidien.
Ce très intéressant article intitulé : « L’Etonnante République municipale et contrebandière de Banyuls de la Marenda au 19ième siècle » illustre la vie quotidienne des habitants de la commune à cette époque. Il faut dire que leur vie n’était pas facile : il y a l’éloignement de la grande agglomération de Perpignan, l’escarpement rocheux de la côte, le terrain de l’arrière pays très sauvage… Autant d’éléments qui font que pour survivre les moyens les plus inattendus se perpétuaient de père en fils. Ainsi les gens de la côte connaissaient parfaitement les caches maritimes telle la Cova Foradada de Cerbère, mieux que quiconque pour soustraire les marchandises illicites aux taxes de l’administration.
Dans ces descriptions, beaucoup de Banyulencs de souche reconnaîtrons un des leurs dans le tableau des « Sociétés contrebandières » de Banyuls au 13 juin 1817. Jacques Saquer rappelle que pour vivre ou survivre, tous les moyens sont bons et il nous fait partager avec bonheur cette histoire rocambolesque, et pas si éloignée, qui intéresse la mer, l’Albère et la vie des pêcheurs. Dessins, cartes et photos complètent cette étude.
Dans la publication des articles sur le « 6ième Festival du Livre de la Mer » par André Vinas, les chroniques sur l’Albère et Argelès, les chantiers et les derniers événements, la vie d’un Argelésien itinérant, le débarquement des troupes de l’OTAN au Racou commentées par Andreu Capeille, sont complétés par « Tardor a l’Albera » de Joan Budó i Ricart. (Journal l’Indépendant du 16 janvier 2007)
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA REVUE MASSANA
Récemment s’est déroulé à la salle Mozart d’Argelès, l’assemblée générale de l’association. Cette réunion a été honoré par la présence de M. Charles Campigna, adjoint à la culture qui excusa le maire Pierre Aylagas retenu par d’autres obligations.
Le président Andreu Capeille fit un bref rappel historique des activités et précisa qu’en 2008 Massana fêtera ses 40 ans d’existence, ce qui en fait peut-être la plus ancienne association culturelle d’Argelès. Il commenta les grandes lignes de la revue, remercia les organismes officiels, de leur soutien et presenta un nouveau rédacteur M. Baillet de Sorède. Il souligna que depuis peu, des personnalités importantes en histoire rédigent des articles très prisés du public, rendant ainsi le revue Massana très utile aux universitaires et chercheurs.
Ce fut ensuite Béatrice Azaïs qui énuméra les participations de quelques membres à différentes conférences, et à des réunions rédactionnelles avec le confrère sud catalan de la Jonquera : l’Esquerda de la Bastida. Massana étant aussi distribuée aux abonnés catalans par le biais de cette association. Puis ce fut au tour du trésorier André Vinas de lire le bilan financier de l’année écoulée. Il ressort des finances saines, ce qui permettra à Massana d’aller de l’avant.
Voici la composition du bureau qui a été réélu : M. Andreu Capeille (président), Mme Azaïs (secrétaire), et M. Vinas (trésorier), Jacqueline Payrot et Jean-Louis Loreto complétant l’équipe.
A noter que cette année, la revue Massana publiera trois numéros. Prochaine parution dans quelques jours avec un excellent article du professeur Jacques Saquer sur la « République municipale et contrebandière de Banyuls de la Marenda au 19ième siècle ».
A cette occasion une conférence aura lieu à Banyuls le 21 janvier à 17h à la Maison de culture et des associations (salle Novelty).
(Journal l’Indépendant du 18 février 2007)
LA REVUE « MASSANA ET L’ESQUERDA » AU MUSÉE D’ARGELÈS.
La revue « l’Esquerda de la Bastida » de la Jonquera jumelée avec Massana, est à la disposition des lecteurs de langue catalane au musée Casa de les Alberes. Sont aussi à la disposition du public les numéros 62 et 63. tout comme Massana les articles traitent essentiellement de l’Albera des deux côtés du massif. Par contre, le numéro 21 de Massana est en vente dans les magasins de presse habituels.
(Journal l’Indépendant du 28 février 2007)
LA REVUE MASSANA SUR LA TOILE : LE BLOG
Certains avaient peut-être déjà eu la possibilité de consulter le site Web de Massana, or des à présent, Massana offre la possibilité d’accéder à la nouvelle technologie de communication en lisant le Blog qu’elle vient tout juste de mettre à disposition sur internet. Il sera possible de connaître les toutes dernières informations, les futures parutions, savoir qui fait quoi, qui est qui…etc.
La revue est en vente chez les diffuseurs de presse de la Côte Vermeille et des l’Albères.
Nous vous donnons à nouveau le site Web : www.revue-massana-argeles.com
Et notre Blog : http://massana-albera.blogspot.com
(Journal l’Indépendant du 13 mars 2007)
CONFERENCE D'ANDRE VINAS A PERPIGNAN
Plusieurs conférences sont organisées à la médiathèque de Perpignan sur le thème "Perpignan au coeur du XXè siècle. La création: de la Retirada au voyage triomphal de Salvador Dali, 1939 - 1965". Dans ce cadre, André Vinas qui collabore à la revue "Massana" présentera avec Gérard Martin d'Auvilliers "Le temps fabuleux de Sant-Vicens", le mercredi 2 mai à 16h30, à la médiathèque. Entrée libre.
(Journal l’Indépendant du vendredi 27 avril 2007)
LA FONDATION DE PORT-VENDRES AU SIÈCLE DES LUMIÈRES MASSANA n°22

Les Editions Massana viennent de publier la trace écrite de la conférence que Jean Garidou a donné lors des Journées du Patrimoine à Argelès dans le cadre du 6ème Festival du Livre de la Mer et plus récemment à Perpignan. L'auteur aura le plaisr d'accueillir celles et ceux qui souhaitent mieux connaître et comprendre tout le sens de la fondation du port et de la ville, au magasin de presse Estève situé 1 rue Victor-Hugo, face à l'obélisque, samedi de 10h à 12h et de 15h à 19h, pour une journée de dédicace.
(Journal l’Indépendant du mercredi 26 et samedi 30 juin 2007)
LE NOUVEAU NUMERO 22 DE "MASSANA ALBERA" EST PARU. Pour en savoir plus sur Port-Vendres au siècle des Lumières ou sur l'histoire d'Argelès, en passant par des infos insolites et croustillantes, c'est à lire.(Journal l’Indépendant du lundi 13 août 2007 - Article de V. Parayre)
LE REC MAYRAL ET LA REVUE MASSANA.
L’association Pastor communique. Pour de nombreux Sorédiens, le Rec Mayral n’est que le nom porté par une petite rue. Derrière cette simple appellation se cache le canal d’arrosage qui, depuis le Moyen âge, irrigue les jardins du village. Dans la dernière édition de la revue Massana, un article raconte son histoire tumultueuse, ses techniques ingénieuses, les difficultés et les anecdotes qui ont toujours entouré son fonctionnement.
Il rappelle que le Rec Mayral est un élément patrimonial qui a traversé les siècles accompagnant la vie des Sorédiens. (sur la photo, Mr Francis Mestre, actuel responsable du Canal d'arrosage) (Journal l’Indépendant du 30 décembre 2007)

lundi 12 mars 2007

Tardor a l'Albera

Tardor a l'Albera - Per Joan Budó i Ricart

Quan l’estiu ha fet un pas enrera definitiu, comença a l’Albera una època carregada de personalitat pròpia, és la tardor. Els canvis en el paisatge vegetal i en l’activitat faunística ens conviden a gaudir de molts aspectes dels seu ric patrimoni natural.

L’aire i l’ambient es refresquen i amb això comencen les pluges, tant necessàries per tornar a activar l’aigua dels rierols i per omplir els estanys, alguns eixuts des de l’estiu. Moltes fonts tornaran a recuperar aquell ufanós raig que també havien perdut.

De sobte, ens arriben les primeres glaçades, encara tímides, que són l’avís d’alguna febla nevada a la carena en forma de serrell blanc, on hi podrem descobrir les petjades de llebres, senglars, guilles o d’algun cabirol. Amb això les vaques de l’Albera baixen de les carenes per refugiar-se als boscos de més avall.

Les castanyes cauen al terra humit i tapissat de fulles, mentre els bolets com el cep, l’oriol, la ginestrola i més tard els martinencs ajudats per les boires i el sol surten a les fagedes, alzinars i suredes.

L’aspecte cromàtic que ofereixen molts racons és per anar-hi a badar . De les fulles vermelles dels aurons es passa per tot un seguit de colors ocres, groguencs i ataronjats que ens ofereixen els castanyers, faigs, roures i freixes, en contrast amb el verd intens de les alzines i suros a les parts baixes o de les taques de pi pinassa al sector de Puigneulós.

Tots aquests canvis de temperatura, humitat i paisatge vegetal inciten als animals a nous comportaments que, si som observadors, podem anar descobrint.

Amb les primeres pluges, quan el terra s’estoba neixen la tortuga mediterrània i la de rierol. Les formigues aturen la seva frenètica activitat, ja amb el rebost ben ple per passar l’hivern.

El moviment d’ocells és espectacular. Uns marxen cap a l’Àfrica per passar-hi l’hivern, com les orenetes o el xoriguer petit. Altres arriben als boscos de l’Albera fugint dels primers freds de l’alt Pirineu o del nord d’Europa, com el lluer, el reietó i el grasset de muntanya. Als rius, estanys i conreus veiem els primers bernats pescaires i ja més tard apareixen les fredalugues que ens anuncien l’adéu definitiu de la tardor. També passen sense aturar-se pel damunt de l’Albera milers d’ocells de moltes espècies, que fugint del fred del nord del continent van cap a les seves zones d’hivernada dels sud d’Espanya o d’Àfrica. Cigonyes, oques, grues, aligots i tota mena de petits ocells poden fer gaudir als ornitòlegs d’unes bones jornades d’observació.

Tot i així, molts altres ocells residents tot l’any a l’Albera continuen com si res, la seva activitat normal, com la merla d’aigua que la podem veure fent “pesca submarina” prop del salt del Fitó o al llac de Requesens.

A finals de tardor, els rèptils i els amfibis s’amaguen en algun cau per passar-hi tot l’hivern, inactius.

Les granyotes s’enterren al fang de sota l’aigua i la tortuga excava un forat que abandonarà a l’arribada del bon temps, a finals de març.

El liró gris i la rata cellarda ocupant possiblement un vell niu de picot s’endormisquen a l’espera també, del bon temps, mentre que milers de rates penades ocupen els seus refugis d’hivern com ara mines abandonades, coves, forats d’arbre i edificis vells.

Però mentre uns s’adormen o desapareixen del territori, altres comencen a viure una activitat frenètica com el teixó, el senglar i el mufló que a finals de tardor entren en zel, igual que les guilles, que amb alguna sortida nocturna podrem escoltar els seus udols imitant als llops que havien poblat l’Albera ara fa, encara no, cent anys.

L’Albera a la tardor, igual que la resta de l’any, és un escenari natural on cada dia i en cada moment s’hi representa l’obra de la natura, de la que val la pena ser-ne espectadors. Aprofitem-ho.